Orthez

Site officiel de l’association Lous Dous Soarns

Article paru dans le journal La République du 30 juin 2014

Routes : les opposants à la rocade d’Orthez remettent un chèque à la vallée d’Aspe

les-banderoles-ont-refait-leur-apparition-le-long-de-la-rn_1038752_490x327p

Les banderoles ont refait leur apparition le long de la RN 134, ce lundi matin, à Asasp Arros. (PYP Sébastien Lamarque)

Ce lundi matin, de nombreux manifestants se sont réunis en bordure de la RN 134 à Asasp-Arros. Le collectif RN 134 et l’association pour la réalisation de la déviation d’Asasp-Arros (Arda) continuent de réclamer les déviations des villages le long de la route nationale et axe européen.

Les riverains de la vallée d’Aspe ont reçu le soutien de citoyens orthéziens, avec une remise de chèque symbolique de 6 millions d’euros. Soit la somme prévue par le conseil général des Pyrénées Atlantiques  pour réaliser un barreau du contournement d’Orthez que les opposants de l’association Lous dous Soarns jugent « inutile ».

Les Orthéziens ont donc symboliquement « remis cet argent à la vallée d’Aspe parce que leur problème à eux est vital et qu’ils n’ont pas l’argent nécessaire pour réaliser leurs déviations ».

30/06/2014 Posted by | Revue de presse | Laisser un commentaire

Article paru dans le journal La République le Vendredi 13 juin 2014

Article

13/06/2014 Posted by | Revue de presse | Laisser un commentaire

Article paru sur le journal le Sud Ouest du 11 janvier 2014

L’association anti-contournement a déposé un recours gracieux, hier.

1425618_3853588_800x400C’est un conseil collégial qui est désormais à la tête de l’association.
© Photo N.L
Pour l’association Lous Dous Soarns, qui milite contre la création du barreau centre, l’arrêté portant autorisation au titre de l’article L.214.3 du code de l’environnement de travaux d’aménagement du contournement d’Orthez, signé par la Préfecture le 14 novembre dernier, « ne signifie pas que l’État a donné son accord pour la réalisation ».« Le dossier technique est encore sur la table du Conseil général, qui aura un an pour le remettre au préfet, indique Pierre Miallocq. L’État doit encore se prononcer sur la réalisation. » Bien qu’ils admettent que l’arrêté est une étape « importante », ce dernier ne concerne pour eux « que la loi sur l’eau ».

Comme nous l’écrivions le 22 novembre dernier, les démarches administratives (appels d’offres, permis de construire) devraient en effet encore durer plusieurs mois. « Le préfet peut toujours dire non, mais le plus important était ce premier feu vert », note de son côté Bernard Molères, le maire.

Hier matin, Lous Dous Soarns a déposé un recours gracieux à la préfecture et auprès du ministre de l’écologie et du développement durable au sujet de l’arrêté. L’association énumère plusieurs « vices » concernant notamment « la dépollution des eaux pluviales ou l’imperméabilisation des terrains ».

Conseil collégial

Lous Dous Soarns affirme qu’elle « fera tout pour que le contournement ne voie pas le jour ». « Les chiffres du Conseil général sur le trafic sont surestimés, estime Claude Darrigrand. Ils sont en diminution et cela sera relevé lorsque le dossier sera sur le bureau du préfet, d’autant qu’on n’a jamais su qu’elle serait l’incidence du barreau sur le trafic dans le centre-ville. »

Par ailleurs, l’association qui a tenu son assemblée générale a décidé de se réorganiser suite à la démission du président Claude Darrigrand. L’association a donc fait évoluer ces statuts afin d’être dirigée par un « collectif » appelé officiellement « conseil collégial ». Il est composé notamment de Pierre Miallocq, Claude Darrigrand, Bernard Hourcade et Philippe Cangrand. « Cela permet de mieux mobiliser et motiver les membres », estiment les responsables.

Nancy Ladde

11/01/2014 Posted by | Revue de presse | Laisser un commentaire

Voeux 2014

L’association Lous Dous Soarns remercie les 542 personnes qui se sont associées à notre cause en signant la pétition sur papier et en ligne contre la réalisation du barreau centre.

Le soutien massif des Orthéziens et des commerçants nous incite à poursuivre notre combat contre le gaspillage de l’argent public et contre la désertification du centre ville au profit des centres commerciaux.

Que chacun trouve ici l’expression de nos voeux les meilleurs en cette nouvelle année.
2014 sera placée sous le signe de la mobilisation, de la vigilance et de l’entraide pour faire entendre nos arguments.

07/01/2014 Posted by | Actualité | Laisser un commentaire

Article paru dans le journal Sud Ouest du 21 novembre 2013

Orthez (64) : l’État autorise le barreau centre du contournement

L’arrêté préfectoral a été signé le 14 novembre. Le projet entre désormais dans une phase concrètele-premier-troncon-part-des-soarns-pour-rejoindre-la-zone_988823_490x327p

Les appels d’offres vont pouvoir être lancés auprès des entreprises. (Archives Aurélie Champagne)

Le 14 novembre, l’État a officiellement autorisé le lancement des travaux d’aménagement du barreau centre du contournement d’Orthez qui doit relier les Soarns à la zone Louis.

Après 20 ans de débats, cette décision fait entrer le projet dans une phase concrète. Ainsi, le département, qui est maître d’ouvrage, va pouvoir lancer les appels d’offres auprès des entreprises.

Les opposants,eux, se disent « déçus » et décideront dans quelques jours de porter ou non le dossier devant le tribunal administratif.

Il y a deux ans, le coût du barreau centre qui s’étend sur près de deux kilomètres avait été estimé à 6,5 millions d’euros hors taxe.

21/11/2013 Posted by | Revue de presse | Laisser un commentaire

Article paru dans le journal La République du 21 novembre 2013

Orthez : feu vert de l’Etat pour le contournement

Par Pierre-Olivier JULIENle-premier-troncon-part-des-soarns-pour-rejoindre-la-zone_988823_490x327p
Le premier tronçon part des Soarns pour rejoindre la zone Louis. (Archives E. Normand)

La fin d’un long feuilleton. Le 14 novembre dernier, la préfecture a pris un arrêté autorisant le conseil général, maître d’ouvrage, à réaliser les travaux du premier tronçon prévu du contournement, 1,802 km entre les Soarns et la zone Louis.
Contacté ce jeudi matin, le maire Bernard Molères s’est dit  » très satisfait  » de cette décision qui permet maintenant de  » regarder vers l’avenir.  »
L’avenir, ce sera d’abord les lancements d’appels d’offres en 2014. Et des travaux envisagés dans un an ou plus assurément début 2015.

21/11/2013 Posted by | Revue de presse | Laisser un commentaire

Article paru dans le journal l’Echo Béarnais du 10 septembre 2013

img153 img154

08/09/2013 Posted by | Revue de presse | Laisser un commentaire

Rapport du commissaire enqueteur, Rocade Orthez Centre

http://www.pyrenees-atlantiques.gouv.fr/Politiques-publiques/Amenagement-du-territoire-construction-logement/Enquetes-publiques/Contournement-d-Orthez

 

Rapport commissaire enqueteur

04/09/2013 Posted by | Information | , | Laisser un commentaire

Article paru dans le journal Sud-Ouest du 2 juillet 2013

Art-petition

07/07/2013 Posted by | Revue de presse | Laisser un commentaire

EXTRAIT de l’article « Orthez n’est pas une ville qui se meurt  » paru dans le journal Sud-Ouest du 8 juin 2013

Orthez n’est pas une ville qui se meurt

hanon

« Notre avons choisi d’irriguer les zones économiques en misant sur les infrastructures. C’est ce que nous sommes en train de faire avec le contournement. »

08/06/2013 Posted by | Revue de presse | Un commentaire

Article paru dans le journal l’Echo Béarnais du 4 juin 2013

article E.B

05/06/2013 Posted by | Revue de presse | Laisser un commentaire

Article paru dans le journal La République du 4 juin 2013

Contournement : l’enquête publique a débuté hier

Par Pierre-Olivier JULIEN

le-commissaire-enqueteur-fernand-lagrille-a-g-a-ecoute_951057_490x327p

Le commissaire-enquêteur Fernand Lagrille (à g.) a écouté hier matin en mairie les premières remarques des dirigeants de Lous dous Soarns, ici les président et vice-président Claude Darrigrand et Pierre Mialocq. (P.-O. JULIEN)

 

Pourquoi s’entêter sur « ce projet de barreau rikiki qui n’aura aucune incidence sur le trafic ! »

Claude Darrigrand, Lous dous Soarns

Vingt ans qu’on en parle, que certains l’espèrent, d’autres le redoutent. Le projet de contournement d’Orthez est entré dans une nouvelle phase, hier, avec le lancement de l’enquête publique pour son premier tronçon, entre les RD 817 et 933. Un kilomètre et 802 mètres de voie précisément, qui doit rallier les Soarns à la zone Louis, sous la maîtrise d’ouvrage du conseil général.

Sans surprise, dès 9 heures, ce sont les membres de Lous dous Soarns, opposés à ce barreau, qui ont été les premiers à pousser la porte de la salle du rez-de-chaussée de la mairie, où le commissaire-enquêteur tenait sa première permanence. Le président Claude Darrigrand, le vice-président Pierre Mialocq et la secrétaire Fabienne Zaglio, comme tout particulier peut le faire jusqu’au 3 juillet, sont venus éplucher les dossiers de présentation : la déclaration d’utilité publique, la loi sur l’eau, la mise en compatibilité du plan local d’urbanisme, l’enquête parcellaire. A ces quatre volets principaux s’ajoutant divers rapports, comme le bilan de la concertation, les mémoires que le Département a rédigés pour satisfaire les demandes des autorités administratives…

Premier contact posé

« C’est très complet. Nous n’avions pas eu jusque-là connaissance de tous ces éléments. Maintenant, nous allons les examiner à tête reposée. Ensuite nous écrirons noir sur blanc nos remarques » explique le président. Le premier contact fut ainsi tout à fait posé et la discussion apaisée avec le commissaire-enquêteur Fernand Lagrille qui, pour sa part, a déjà planché sur le projet et réalisé une visite sur site il y a trois semaines.

Pour l’heure dans un esprit de neutralité, ce dernier, nommé par le tribunal administratif, a répondu aux premières interrogations des opposants surpris, par exemple, de la tenue de cette enquête « alors que la Direction régionale de l’environnement soulève elle-même encore beaucoup de questions sur ce projet » note Pierre Mialocq. Expérimenté, Fernand Lagrille sait que les dernières permanences seront sans doute « plus animées ».

Côté opposants, Claude Darrigrand espère que chaque riverain concerné (une quarantaine de foyers aux Soarns) « viendra individuellement s’informer, s’exprimer et reporter sur le registre ses doléances. Chaque cas est particulier. Telle ou telle maison n’est pas impactée de la même façon, par le bruit, la vue… » constate le dirigeant.

Par ailleurs, l’association remettra également à l’enquêteur le dossier qu’elle a de son côté constitué. On pourra notamment y retrouver les derniers comptages de circulation, « effectués il y a trois jours « . Lous dous Soarns, qui conteste les chiffres du conseil général, a dénombré un passage de 2 300 véhicules sur une journée, boulevard Charles-de-Gaulle. « Et 70 % de ce trafic est de la desserte locale. Jamais ils n’emprunteront la rocade » estime Claude Darrigrand, « pourquoi s’entêter sur ce barreau rikiki qui n’aura aucune incidence sur le trafic ! »

Pétition en cours

Depuis quelques jours, les opposants ont aussi lancé une pétition en ligne (lien à trouver sur orthez.wordpress.com) et sur papier, des paraphes qui viendront donner du poids à leurs arguments qui se veulent aussi écologiques, « afin de préserver le milieu naturel ».

A l’issue de l’enquête, Fernand Lagrille aura un mois pour rendre ses rapport et avis au préfet du 64 Lionel Beffre, qui statuera ensuite dans les trois mois. Si aucun recours n’est formulé, les premiers coups de pioche pourraient intervenir dès le début 2014.

Encore quatre autres permanences

Après hier matin de 9h à 12h, Fernand Lagrille tiendra encore quatre permanences en mairie, les mardi 11 juin de 14h30 à 17h30, jeudi 20 juin de 9h à 12h, vendredi 28 juin de 14h à 17h et mercredi 3 juillet de 14h30 à 17h30. Le dossier, déposé à l’accueil de la mairie, reste toutefois consultable aux jours et heures d’ouverture de l’hôtel de ville. Et des éléments sont aussi visibles sur le site internet de la préfecture, http://www.pyrenees-atlantiques.gouv.fr

04/06/2013 Posted by | Revue de presse | Laisser un commentaire

Article paru dans le journal La République du 30 mai 2013

A Orthez, la chambre de commerce fait campagne pour l’échangeur de la Virginie

Patrick de Stampa, président de la Chambre de commerce et de l’industrie Pau-Béarn, s’est engagé hier aux côtés du Mouv, pour la réouverture de l’échangeur.

Ce n’est pas n’importe quel soutien que la jeune association du Mouv, tout juste un an d’existence, a réussi à rallier à sa cause. Celui de la Chambre de commerce et de l’industrie (CCI) Pau-Béarn et de son président en personne, Patrick de Stampa. Ce dernier a fait le déplacement hier après-midi jusqu’à Baigts-de-Béarn, dans les locaux de la société Evialis pour acter cet engagement en faveur d’une réouverture de l’échangeur orthézien de la Virginie, sur l’autoroute A 64.

« La CCI a comme ambition et premier objectif le développement économique du Béarn. Et je suis convaincu que les infrastructures sont à la source de ce développement, en jouant leur rôle de levier » explique le président. Dans cet esprit, et en promouvant son idée de grand pôle Béarn-Bigorre dont l’autoroute serait la colonne vertébrale, Patrick de Stampa estime qu’il est nécessaire de donner à l’A 64 les sorties qui viendraient irriguer le territoire : « On doit optimiser cet atout autoroute. »

Poussant déjà pour les créations (aujourd’hui dans les tuyaux) d’échangeurs à Carresse-Cassaber et Morlaàs, le dirigeant est ainsi persuadé qu’il faut un embranchement à l’ouest d’Orthez, « toutes les possibilités d’avoir des pôles de développement doivent être jouées à fond. Ce dans l’intérêt général. Pour les entreprises, des facilités de logistique, des moyens de grandir et de la création d’emplois. Pour les particuliers aussi qui retrouveraient une certaine qualité de vie. On parle beaucoup d’environnement. Montrons déjà l’exemple en ne faisant plus passer les poids-lourds en centre-ville » constate le président de la CCI, ajoutant qu’Orthez a « besoin d’un avenir. Si on ne veut pas paupériser le centre-ville, il faut déplacer ces flux de camions. »

Concrètement, « la première étape, pour l’association, sera de réaliser les études. Idéalement de les lancer en octobre-novembre. Puis de se pencher sur les modes de financements. Là, je crois qu’il faut réfléchir à de nouvelles formes de partenariat. Organiser un grand brainstorming entre les différents acteurs qui, jusqu’à présent ne se parlent pas assez » note Patrick de Stampa. Et quand on évoque un coût élevé pour cet échangeur, le président précise : « Il faut viser le long terme et ne plus regarder certains investissements que par le prisme du coût. On ne peut par exemple pas comparer un rond-point et un échangeur. Ce dernier ouvre des perspectives. Et aura des retombées qu’il faudra chiffrer lors de l’étude. »

Une rencontre avec le préfet demain

Après sa rencontre infructueuse avec le président du conseil général Georges Labazée la semaine passée, le Mouv s’est réjoui hier de ce soutien des acteurs de l’économie locale, « le début d’une vraie collaboration » a souligné Frédéric Mauny, directeur d’Evialis. En attendant une entrevue avec le préfet demain après-midi, « et l’appui de nos politiques… » sourit le président de l’association Loïc Coutry.

==> Des arguments qui font poids

Des entrepreneurs, présents hier, ont aussi pu glisser leurs arguments. L’hôtelier-restaurateur, Yves Larrouture a par exemple rappelé que dévier les camions se ressentirait aussi au niveau de la sécurité sur les routes et dans Orthez. Revenant à sa partie, il a également remarqué « que plus il y a d’axes, d’accès, plus il y a de touristes. » Chez les transporteurs, il y a aussi consensus. La majorité est prête à payer les péages pour des gains de temps. De plus, comme le souligne Jean-Bernard Baudry, manageur du site Logicia d’Orthez, « le passage d’un poids lourd équivaut à 400 passages de voiture. Or, dans les zones urbaines, la voirie n’est pas conçue pour supporter une telle circulation de camions. »

30/05/2013 Posted by | Revue de presse | Laisser un commentaire

AVIS D’ENQUETE PUBLIQUE

avis d’enquete publique 22avril2013

21/05/2013 Posted by | Actualité | Laisser un commentaire

Signez la pétition contre le projet de Rocade Centre

Non à la rocade des Soarns

Le but de cette pétition est de faire annuler le projet de la rocade « Barreau centre » à ORTHEZ entre la rd 933 rte de Mont de Marsan et la rd 817 rte de Pau. Ceci afin de préserver, le cadre de vie, le milieu naturel, le site Natura 2000 du réseau hydrographique du Rontun et du ruisseau des Peupliers ainsi que la sensibilité écologique et agricole de ces secteurs. En outre, ce projet est inutile puisqu’il ne règle pas la difficulté de la traversé d’Orthez ni le problème des embouteillages au centre ville d’Orthez.

Veiller à ne pas gaspiller l’argent des Béarnais dans des travaux « pharaoniques » d’une utilité contestable.votez contre, signez la pétition contre le projet.

http://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/projet-rocade-centre-orthez-64/10103

20/05/2013 Posted by | Actualité | , | Un commentaire

Aticle paru dans le journal La République du Lundi 22 Avril 2013

Rocade : l’Etat souhaite encore des précisions

Pas à pas. C’est l’impression laborieuse que donne l’avancée du projet de contournement d’Orthez. Fin mars, les services de l’Etat, la Direction régionale de l’environnement, l’aménagement et du logement (Dreal), viennent à nouveau de rendre leur avis sur le dossier du tronçon centre, entre les routes de Pau (RD 817) et de Bordeaux (RD 933). Cette fois dans le cadre de la procédure de la loi sur l’eau, alors que le 31 juillet dernier, c’était pour la déclaration d’utilité publique.

Les mêmes remarques qu’en juillet 2012

L’évaluation publiée qui a été donnée à lire au préfet de région Michel Delpuech, n’a en fait pas bougé. Le document, qui a cette même saveur d’un « oui mais », reprend les mêmes remarques qu’il y a presque un an. A savoir que l’Etat, même s’il a la dent moins dure qu’en 2010 (quand le premier avis avait été défavorable), ne signe pas un blanc seing au dossier dont la maîtrise d’ouvrage est assurée par le conseil général.

La Dreal rappelle bien, sur les 1 800 mètres de voie envisagée entre les Soarns et la zone Louis, la présence des ruisseaux des Peupliers et du Rontrun, la ripisylve (forêt riveraine) de ce dernier, le site Natura 2000 du réseau hydrographique du Gave de Pau, les habitats d’espèces protégées… autant d’éléments écologiques qui vont subir l’impact du contournement. La direction régionale sollicite à plusieurs reprises des précisions quant à la protection de ces zones sensibles, le nombre d’ouvrages prévu pour la traversée de la faune, quelles compensations sont imaginées pour préserver ces espèces et les cours d’eau.

Quelles négociations en cours ?

Sur le plan humain, l’autorité relève aussi les conséquences directes pour les exploitations agricoles et les habitations situées à proximité du tracé. Elle demande notamment à savoir quelles sont les négociations en cours avec les agriculteurs.

Enfin, la Dreal ne paraît pas encore tout à fait convaincue de la nécessité du contournement au niveau du trafic. Des justifications sont ainsi réclamées quant à la nature de ce flux routier, son origine et son devenir après la création du barreau centre. Une présentation « qui mérite d’être étayée », cite à nouveau le document.

22/04/2013 Posted by | Revue de presse | Laisser un commentaire

Article paru dans le journal Sud-Ouest du vendredi 8 février 2013

Orthez: l’indemnisation financière pour les terres perdues fait des mécontents

La commission d’aménagement foncier a été dissoute car les terres manquent dans le périmètre orthézien

Les terres appartenant aux agriculteurs seront rachetées par le Conseil général. (photo nancy ladde)tranquille

Réunie il y a environ un mois, la commission d’aménagement foncier dont l’objectif était « de remédier aux dommages éventuels causés sur les structures agricoles » par la réalisation de la rocade a été dissoute dans la foulée.

« La commission a constaté qu’il n’y avait pas de terres disponibles dans le périmètre défini par le Conseil général pour les échanger avec celles des agriculteurs expropriés, précise Bernard Molères, le maire d’Orthez. Elle n’a donc pas jugé utile de pousser le travail puisqu’elle n’avait rien de plus à amener que ce constat. »

Un barreau « inutile et coûteux »
L’association Lous Dous Soarns, qui s’oppose à la construction du barreau centre ne désarme pas. Pour Claude Darrigrand, le président, ce barreau « ne résoudra en rien les problèmes de bouchons dans le centre-ville ». Pour justifier sa position, l’association s’appuie sur les chiffres du comptage effectué par le Conseil général en 2008. Au total, 13670 véhicules/jour ont été dénombrés en direction de Bayonne et 7167 vers Pau. « Cela équivaut à plus de 20 000 véhicules, indique Claude Darrigrand. Or le barreau centre ne viendra pas désengorger cette circulation. Il ne servira qu’à ceux qui veulent rejoindre Sallespisse et Castétis. » Pour appuyer sa réflexion, l’association a également mené un comptage récent sur le boulevard Charles de Gaulle. Les chiffres font état de 2383 véhicules par jour. « C’est un peu moins qu’en 2010, relève un membre. Cela veut dire que ce trafic ne va pas augmenter dans les années à venir. » L’association espère toucher la population. « Il faut une prise de conscience, ce projet estimé à 36 millions d’euros il y a trois ans sera payé avec nos impôts or il est inutile », souligne Claude Darrigrand. D’autant que pour l’association, le barreau nord sera « difficilement réalisable et se terminera sur un feu rouge ».

Si la structure est totalement opposée au barreau centre, elle soutient en revanche, la création du barreau Sud. « C’est une bonne idée car il faut protéger les hauts du quartier Départ jusqu’à Magret », estime le responsable.

Les responsables de l’association doivent prochainement rencontrer le Préfet et la Direction de l’aménagement de l’équipement et de l’environnement (DAEE). En dernier recours, ils envisagent le tribunal administratif.

Deux agriculteurs basés à Orthez et à Sallespisse sont concernés par une future expropriation. « Je ne souhaite pas m’exprimer, indique l’un d’entre eux. Pour l’instant on ne sait rien. » Le mécontentement est, malgré tout, perceptible. En effet, c’est l’outil de travail de ces agriculteurs qui est directement menacé.

Les travaux mi-2014 ?

Alors quelle solution pour indemniser ces deux propriétaires ?

« Les terrains seront rachetés par le Conseil général, indique Bernard Molères. L’indemnisation sera financière pour leur permettre d’en acheter d’autres ailleurs s’ils le souhaitent.  »

La commission d’aménagement foncier n’aura donc « servi à rien« . Le père de l’agriculteur interrogé, hier, ne décolère pas. « Vous pensez qu’ils vont nous les payer au prix où on l’a acheté », interroge-t-il. Les propriétaires auront quand même droit à un petit répit. La demande d’enquête publique effectuée par la municipalité au préfet n’a pas encore trouvé de réponse. « Nous attendons », confirme le maire.

Celle-ci devrait donc être effectuée durant l’année 2013 avec un rapport attendu pour la fin de l’année. « Les travaux ne commenceront qu’après, c’est-à-dire si tout se passe bien mi 2014 environ »», estime le premier magistrat.

Le projet ne figurera donc pas dans le budget du Conseil général pour 2013. D’autant que les opposants restent très déterminés et n’excluent pas la voie des recours juridiques pour se faire entendre.

08/02/2013 Posted by | Revue de presse | Laisser un commentaire

Articles paru dans le journal L’Echo Béarnais du mardi 05 février 2013

numérisation0001numérisation0005

05/02/2013 Posted by | Revue de presse | Laisser un commentaire

Article paru dans le journal La République du mardi 5 février 2013

Rocade : pour Lous dous Soarns, le barreau centre « sera inutile »

Par Pierre-Olivier JULIENpour-l-association-ce-premier-troncon-viendrait-notamment_928126_490x327p

 

Pour l’association, ce premier tronçon viendrait notamment faire double emploi avec le boulevard Charles-de-Gaulle qui relie déjà la route de Pau à celle de Mont-de-Marsan. (Archives E. N.)

Alors que 2013 sera peut-être l’année de l’enquête publique pour le premier morceau du contournement (la Ville attend de la préfecture une réponse à ce sujet), les riverains des Soarns, contestant le tronçon centre qui va traverser leur quartier, ont décidé de mettre les bouchées doubles pour expliquer leur opposition.

« Ce tronçon n’empêchera pas les bouchons »

C’est ainsi, chiffres à l’appui, que Lous dous Soarns, veut informer et convaincre les Orthéziens. « Afin qu’ils cernent mieux le problème », souligne le président Claude Darrigrand. Poursuivant : « Il faut comprendre que ce barreau – qui a un coût (4 millions d’euros, NDLR) – sera inutile car il n’aura aucune incidence sur les actuels bouchons du centre-ville. La circulation dense et les embarras que cela entraîne sont provoqués à 95 % par des flux est-ouest, Pau-Bayonne. Et non nord-sud « , affirme le représentant de l’association.

Pour consolider ces arguments, de nouveaux comptages (avec vidéo) ont été réalisés en 2012 sur le boulevard Charles-de-Gaulle (qui relie la route de Pau à la route de Mont-de-Marsan). « La première partie du contournement ferait d’ailleurs double emploi avec cette route », relève Claude Darrigrand. Sur l’artère existante, 2 383 véhicules par jour ont été comptabilisés. Le même nombre que l’on retrouve au sud, quartier Magret. Or, ce sont près de 10 000 véhicules qui arrivent de Dax ou Mont-de-Marsan quotidiennement. « Cela prouve que ceux-ci, en arrivant sur Orthez, se répartissent surtout sur l’axe Pau-Bayonne, où, côté Castétis il y a 7 200 véhicules/jour et côté Bayonne, 13 000. »

« Rouvrir la Virginie serait davantage logique »

Pour Lous dous Soarns, le barreau centre n’enlèverait donc qu’un infinitésimal nombre de véhicules traversant le centre-ville. Selon l’association, l’une des solutions réside plutôt en la réouverture de l’échangeur de la Virginie sur l’A 64, « une idée, moins chère, que nous défendons depuis notre création il y a quatre ans », rappelle Claude Darrigrand. Toutefois, on sait déjà que la mairie, qui n’est pas fermée à ce projet, veut d’abord réaliser le contournement en priorité. « C’est envers et contre toute logique. On attend encore les arguments de la Ville pour justifier ce barreau », constate le président.

En guise de clin d’oeil, ce dernier s’appuie aussi sur le  » neutre » commissaire enquêteur qui est intervenu récemment dans le dossier du nouveau Plan local d’urbanisme. « Il n’avait pas d’avis à donner mais il a espéré qu’une certaine logique prévaudrait. Sous-entendu que valait mieux la Virginie que le contournement « , conclut Claude Darrigrand.

05/02/2013 Posted by | Revue de presse | Laisser un commentaire

Photo Prise le Lundi 4 Février 2013 à 13h à Orthez

Poids lourd passant devant l’hôpital arrivant de la route de Bayonne et roulant vers la route de Pau.

Camion

Ce camion ne passera pas par la rocade, car ce n’est pas son itinéraire !

04/02/2013 Posted by | Photo | Laisser un commentaire