Orthez

Site officiel de l’association Lous Dous Soarns

Article paru dans le journal Sud-Ouest du 01 juillet 2014

Déviation d’Orthez : les associations solidaires pour la RN 134

Le collectif pour la RN 134 a reçu symboliquement le montant consacré par le CG 64.

SO

Le collectif pour la RN 134 a reçu un chèque symbolique. © Photo A. M.

La RN 134 a encore fait du bruit lundi matin. Six millions d’euros, c’est symboliquement ce qu’a donné l’association Lous Soarns, du nom d’un quartier d’Orthez, au collectif pour la RN 134 Pau-Somport E7.

Une déviation est prévue sur Orthez dans le but de diminuer les bouchons qu’il y a en ville. « Une déviation a déjà été réalisée il y a 20 ans, ils veulent de nouveau en faire une aujourd’hui, à 600 mètres de la précédente », regrette Pierre Mialocq, coprésident de l’association Lous Soarns. Selon lui, la circulation est dense à Orthez à cause de flux est-ouest sur l’axe Pau-Bayonne. La déviation aujourd’hui n’atténuerait donc pas la circulation en centre-ville si elle traite des flux nord-sud.

La déviation de la RN 134 plutôt que la déviation d’Orthez

« L’argent va être dépensé inutilement », insiste Pierre Mialocq. C’est pour cette raison que son association a décidé de donner – symboliquement – l’argent que le Conseil général va consacrer à la déviation dans sa ville, au collectif créé pour la déviation sur la RN 134.

« On a vu qu’il n’y avait pas de financement pour la RN 134, alors les sous qui existent pour la déviation d’Orthez, on demande au Conseil général de s’en servir pour mettre en place la déviation de la RN 134 », rajoute le coprésident de l’association.

Sécuriser les villages

En 2003, l’État a créé le tunnel du Somport et avait promis à ce moment-là de poursuivre avec la déviation de la RN 134. Cette route nationale va du tunnel jusqu’à Pau et traverse de multiples villages. Seul actionnaire de l’axe, l’État n’a aujourd’hui pas rempli sa mission et les camions continuent de traverser les villages un à un. Des collectifs d’habitants et d’élus avaient été créés dans chacun d’eux et se sont réunis dans un seul grand collectif.

Jean-Claude Elichiry, président de ce mouvement, a reçu avec grand plaisir le chèque symbolique et aimerait que le Conseil Général prenne en compte la sécurité des habitants de ces villages. Près de 700 camions passent par cette route nationale tous les jours. « On accepte le chèque d’Orthez qui est fort en solidarité », lance-t-il. « On en a marre d’être ballotté entre les élus et l’administration et qu’on nous dise qu’il n’y a pas d’argent. L’association d’Orthez nous permet aujourd’hui symboliquement de réaliser cette déviation », poursuit Jean-Claude Elichiry.

Publicités

01/07/2014 Posted by | Revue de presse | Un commentaire