Orthez

Site officiel de l’association Lous Dous Soarns

Article paru dans le journal La République du 4 juin 2013

Contournement : l’enquête publique a débuté hier

Par Pierre-Olivier JULIEN

le-commissaire-enqueteur-fernand-lagrille-a-g-a-ecoute_951057_490x327p

Le commissaire-enquêteur Fernand Lagrille (à g.) a écouté hier matin en mairie les premières remarques des dirigeants de Lous dous Soarns, ici les président et vice-président Claude Darrigrand et Pierre Mialocq. (P.-O. JULIEN)

 

Pourquoi s’entêter sur « ce projet de barreau rikiki qui n’aura aucune incidence sur le trafic ! »

Claude Darrigrand, Lous dous Soarns

Vingt ans qu’on en parle, que certains l’espèrent, d’autres le redoutent. Le projet de contournement d’Orthez est entré dans une nouvelle phase, hier, avec le lancement de l’enquête publique pour son premier tronçon, entre les RD 817 et 933. Un kilomètre et 802 mètres de voie précisément, qui doit rallier les Soarns à la zone Louis, sous la maîtrise d’ouvrage du conseil général.

Sans surprise, dès 9 heures, ce sont les membres de Lous dous Soarns, opposés à ce barreau, qui ont été les premiers à pousser la porte de la salle du rez-de-chaussée de la mairie, où le commissaire-enquêteur tenait sa première permanence. Le président Claude Darrigrand, le vice-président Pierre Mialocq et la secrétaire Fabienne Zaglio, comme tout particulier peut le faire jusqu’au 3 juillet, sont venus éplucher les dossiers de présentation : la déclaration d’utilité publique, la loi sur l’eau, la mise en compatibilité du plan local d’urbanisme, l’enquête parcellaire. A ces quatre volets principaux s’ajoutant divers rapports, comme le bilan de la concertation, les mémoires que le Département a rédigés pour satisfaire les demandes des autorités administratives…

Premier contact posé

« C’est très complet. Nous n’avions pas eu jusque-là connaissance de tous ces éléments. Maintenant, nous allons les examiner à tête reposée. Ensuite nous écrirons noir sur blanc nos remarques » explique le président. Le premier contact fut ainsi tout à fait posé et la discussion apaisée avec le commissaire-enquêteur Fernand Lagrille qui, pour sa part, a déjà planché sur le projet et réalisé une visite sur site il y a trois semaines.

Pour l’heure dans un esprit de neutralité, ce dernier, nommé par le tribunal administratif, a répondu aux premières interrogations des opposants surpris, par exemple, de la tenue de cette enquête « alors que la Direction régionale de l’environnement soulève elle-même encore beaucoup de questions sur ce projet » note Pierre Mialocq. Expérimenté, Fernand Lagrille sait que les dernières permanences seront sans doute « plus animées ».

Côté opposants, Claude Darrigrand espère que chaque riverain concerné (une quarantaine de foyers aux Soarns) « viendra individuellement s’informer, s’exprimer et reporter sur le registre ses doléances. Chaque cas est particulier. Telle ou telle maison n’est pas impactée de la même façon, par le bruit, la vue… » constate le dirigeant.

Par ailleurs, l’association remettra également à l’enquêteur le dossier qu’elle a de son côté constitué. On pourra notamment y retrouver les derniers comptages de circulation, « effectués il y a trois jours « . Lous dous Soarns, qui conteste les chiffres du conseil général, a dénombré un passage de 2 300 véhicules sur une journée, boulevard Charles-de-Gaulle. « Et 70 % de ce trafic est de la desserte locale. Jamais ils n’emprunteront la rocade » estime Claude Darrigrand, « pourquoi s’entêter sur ce barreau rikiki qui n’aura aucune incidence sur le trafic ! »

Pétition en cours

Depuis quelques jours, les opposants ont aussi lancé une pétition en ligne (lien à trouver sur orthez.wordpress.com) et sur papier, des paraphes qui viendront donner du poids à leurs arguments qui se veulent aussi écologiques, « afin de préserver le milieu naturel ».

A l’issue de l’enquête, Fernand Lagrille aura un mois pour rendre ses rapport et avis au préfet du 64 Lionel Beffre, qui statuera ensuite dans les trois mois. Si aucun recours n’est formulé, les premiers coups de pioche pourraient intervenir dès le début 2014.

Encore quatre autres permanences

Après hier matin de 9h à 12h, Fernand Lagrille tiendra encore quatre permanences en mairie, les mardi 11 juin de 14h30 à 17h30, jeudi 20 juin de 9h à 12h, vendredi 28 juin de 14h à 17h et mercredi 3 juillet de 14h30 à 17h30. Le dossier, déposé à l’accueil de la mairie, reste toutefois consultable aux jours et heures d’ouverture de l’hôtel de ville. Et des éléments sont aussi visibles sur le site internet de la préfecture, http://www.pyrenees-atlantiques.gouv.fr

04/06/2013 Posted by | Revue de presse | Laisser un commentaire