Orthez

Site officiel de l’association Lous Dous Soarns

Avis de l’autorité administrative de l’état sur l’évaluation environnementale RD933 & 817

P-2012-107_Contournement_Orthez

Publicités

02/08/2012 Posted by | Information | Laisser un commentaire

Article paru dans le journal La République du Jeudi 2 Août 2012

 

Orthez : le « oui mais » de l’Etat au projet de contournement

Par Pierre-Olivier JULIEN
En juillet 2011, le tracé du barreau centre, des Soarns (à gauche) à la zone Louis avait été retoqué, avec une courbe (solution 2) évitant le bois de Trouilh et coupant perpendiculairement le ruisseau du Rontrun. (Archives PP)

 

Enfin, souffleront les plus impatients. Avant-hier mardi 31 juillet, la Direction régionale de l’environnement, l’aménagement et du logement (Dreal) a rendu son avis sur le projet de contournement d’Orthez. Précisément sur l’évaluation environnementale concernant le tronçon centre, entre les routes de Pau (RD 817) et de Bordeaux (RD 933). Un document publié un an après la présentation de la mairie et du conseil général du nouveau tracé qu’il avait fallu imaginer à la suite d’un premier avis défavorable de l’Etat, tombé en septembre 2010.

Cette fois les services de l’autorité administrative ont eu la dent moins dure que pour le premier dossier présenté. Conseillant, entre les lignes, au préfet de département, (qui aura le dernier mot) un feu vert pour la déclaration d’utilité publique. Ce qui débloquerait le projet qui accumule déjà quelques années de retard sur les prévisions. Dernièrement, le maire Bernard Molères annonçait d’ailleurs que dans le meilleur des cas, les travaux ne débuteraient qu’en 2014, et non 2013 comme il le souhaitait.

Toutefois, il faut remarquer, à la lecture du document, que la direction régionale ne signe pas un blanc seing au projet de contournement, dont la maîtrise d’ouvrage est assurée par le conseil général. Si elles sont moins cassantes qu’en 2010, si elles ne sont « pas rédhibitoires », ajoute le maire, les observations et recommandations de l’autorité existent. Ainsi, la Dreal rappelle bien, sur les 1 800 mètres de voie envisagée, entre les Soarns et la zone Louis, la présence des ruisseaux des Peupliers et du Rontrun, la ripisylve (forêt riveraine) de ce dernier, le site Natura 2000 du réseau hydrographique du Gave de Pau, les habitats d’espèces protégées d’amphibiens, reptiles, chiroptères (chauve-souris)… autant d’éléments écologiques qui vont subir l’impact du projet de contournement. La direction régionale sollicite à plusieurs reprises des précisions quant à la protection de ces zones sensibles, le nombre d’ouvrages prévu pour la traversée de la faune, quelles compensations sont imaginées pour préserver ces espèces et les cours d’eau.

Sur le plan humain, l’autorité relève aussi les conséquences directes pour les exploitations agricoles et les habitations situées à proximité du tracé. Elle demande ainsi à voir quelles options ont été retenues dans le nouveau plan local d’urbanisme et quelles sont les négociations en cours avec les agriculteurs.

Trafic : le projet doit encore être justifié

Enfin, la Dreal ne paraît pas encore tout à fait convaincue de la nécessité du contournement au niveau du trafic. Des justifications sont ainsi réclamées quant à la nature de ce flux routier, son origine et son devenir après la création du barreau centre. Une présentation « qui mérite d’être étayée », cite le document.

Toutefois, en sachant que le conseil général a encore la possibilité de joindre au dossier les pièces demandées, cet avis ouvre la porte à la suite de la procédure, de la déclaration d’utilité publique au début de l’enquête publique au cours de laquelle le commissaire enquêteur pourra s’attendre à voir noircis ses cahiers de doléances.

Le maire ravi, les opposants pas abattus

Sans triomphalisme, Bernard Molères s’est dit hier très satisfait de cette nouvelle. « Dans ces moments, on doute toujours de la validation finale, surtout pour ce dossier qui a déjà connu quelques mises au point. Mais je n’ai jamais douté du travail sérieux des services du conseil général, qui viendront encore apporter les compléments de réponses demandés si besoin. » De son côté, l’association anti-rocade Lous Dous Soarns, concernée par ce premier barreau, n’a pas accueilli l’information avec le sourire. Une nouvelle tombée d’ailleurs en plein été, au mois d’août, « ce qui n’est pas innocent » remarque le vice-président Pierre Mialocq. Ce dernier juge cet avis « logique et attendu », mais rappelle que ce projet ne se justifie pas sur le point du trafic. « On fera tout pour que ce contournement ne se fasse pas », a déclaré le dirigeant.

02/08/2012 Posted by | Revue de presse | Laisser un commentaire