Orthez

Site officiel de l’association Lous Dous Soarns

Article paru sur le journal Sud Ouest du Mardi 02 février 2010 Orthez


LGV. Nouvelles gares et reconversion des anciennes, rénovation de la ligne actuelle mais constructions de nouveaux tronçons… Le bloc mixe les thèses en présence

Le scénario alternatif

 

Du « donnant-donnant pour être en situation finale de gagnant-gagnant. » Selon le bloc d’opposition, les Béarnais devraient arrêter de croiser le fer s’ils ne veulent pas être les grands perdants du rail. L’union formée par l’UMP, le Nouveau Centre et la Gauche moderne, lance donc « un appel au consensus », dans le dossier de la LGV, dont se sont emparés tous les candidats aux élections régionales. 

Avant que les ténors – six à ce jour – des différents partis politiques ne livrent leurs réflexions sur le dossier, le 15 février prochain, lors du débat organisé à l’initiative de l’association LGV-Orthez-oui, le bloc livre un scénario inédit. « Nous nous sommes donné le temps de consulter les uns et des autres  avant de nous déterminer », note Jean-Marc Roy, porte-parole du bloc.

Penser « développement »

Voilà donc un troisième scénario, alternatif, reprenant certains arguments de chacune des deux thèses en lice. Le bloc opte pour « la réalisation d’une desserte LGV entre Pau et Dax, via Orthez, à certaines conditions. »

D’abord techniques. « Il faut au minimum une réfection complète de la ligne actuelle, s’accompagnant sans doute de la construction de certains tronçons neufs par endroits », commence Jean-Marc Roy.

Mais ces nouveaux tronçons mèneraient non pas en gare d’Orthez, comme le préconise l’association LGV-Orthez-oui, mais dans une nouvelle gare, qui serait située « au nord de la ville », « bien qu’au plus près d’Orthez. » (1)

Le bloc ne cible pas de commune précise. « Cela aurait l’avantage d’être également facile d’accès pour les usagers venant de la région d’Hagetmau. Il faut trouver un juste milieu entre les Landais du sud et les Orthéziens, surtout quand on pense développement d’une région. » La nouvelle structure serait agrémentée d’une zone d’activités.

Pour ne pas pénaliser les cantons de Sauveterre, Navarrenx et Salies – « l’hinterland béarnais », comme les appelle Jean-Marc Roy – le bloc pense à une amélioration des liaisons routières : Saint Palais, Sauveterre/Salies, Orthez/gare LGV d’une part et Mauléon/Navarrenx/Orthez/gare LGV d’autre part. Également envisagée, l’optimisation du contournement d’Orthez et la mise en place d’une ligne de bus haute fréquence sur ces axes avec la création de gares routières.

Des gares de fret

Et les anciennes gares, dans tout cela ? Le bloc imagine leur « reconversion ». « Il faut créer sur les emprises des gares actuelles des infrastructures, avec des quais de chargements, des entrepôts, des bureaux. Les gares deviendraient des gares de fret et de ferroutage. Cela valoriserait les friches et soutiendrait l’économie locale par l’implantation d’activités qui ne s’inscriraient pas dans la zone de Lacq (classée Seveso) et qui bénéficieraient d’un accès immédiat au transport de fret et au ferroutage. »

Et le coût que généreraient de tels aménagements ? « On ne peut pas le dire. On ne sait pas où seront construits les nouveaux tronçons ni les gares LGV. On lance un appel au consensus qu’il faudra évidemment chiffrer. »

(1) Concernant le côté palois, le bloc plaide également pour une nouvelle gare à Uzein, jouxtant la zone aéroportuaire de Pau et la future A 65 : « Un point nodal optimal pour ces trois modes de transport ».

Auteur : Aurélie Champagne
a.champagne@sudouest.com

02/02/2010 Posted by | Revue de presse | | Laisser un commentaire