Orthez

Site officiel de l’association Lous Dous Soarns

Article paru dans le journal La République le 17 Octobre 2009 Orthez

ROCADE D’ORTHEZ . Les associations d’opposants effectuaient leur rentrée hier aux Soarns

09-10-17

09-10-17

LE TEMPS DU HARCÈLEMENT

Unissant désormais leurs actions, elles entendent multiplier les interpellations des services de l’État.
Avant de se faire sans doute fortement entendre lors de l’enquête publique prévue début 2010.

Il n’en manquait pas une. Hier à l’école des Soarns, les trois associations d’opposants au projet de rocade se sont retrouvées pour une rentrée tonique. Lous Dous Soarns, Los de Pierrot et la Tranquilitat a Nouste étaient donc représentées dans une salle où avait également pris place, car invité, Jean-Paul Duchon, Orthézien mais aussi porte-parole des Verts du Béarn.
Durant une heure, lors de débats conduits par Claude Darrigrand, le président de l’association Soarnaise, il a surtout été question des actions récemment menées, mais aussi celles à venir. Avec une ligne directrice : un renforcement du harcèlement administratif vis-à-vis des services de l’État.
Et ce alors que le tracé de la rocade a été voté par les différents conseils municipaux des communes concernées (Orthez, Laà-Mondrans et Loubieng). Et que l’enquête publique – qui portera sur l’ensemble du tracé sauf les 700 premiers mètres actuellement en construction devant desservir la nouvelle zone commerciale – est annoncée pour début 2010 et devrait durer trois semaines.

Trois dossiers envoyés aux services de l’État

Concrètement, trois dossiers ont été envoyés ces dernières semaines. Le premier à l’adresse de Chantal Jouanno, secrétaire d’État en charge de l’environnement, le deuxième en direction de Jean-Louis Borloo, son ministre de tutelle et le troisième vers le préfet des Pyrénées Atlantiques, Philippe Rey, à qui une audience a été demandée.
Bien évidemment, les associations, qui ont, pour au moins un des envois, utilisé le canal de Jean-Charles Mendiela, responsable local du parti radical, attendent des services de l’État qu’ils mettent un frein à ce projet financé par le conseil général des Pyrénées Atlantiques et défendu par une grosse majorité des élus locaux.
Pour cela , comme l’a souligné Claude Darrigrand, ils ont intégré dans leurs dossiers respectifs des avis, des photos, des comptages … A ce sujet, les trois associations s’avouent toujours sceptiques devant les chiffres des comptages que lui ont dernièrement communiqués les services du conseil général. Et insistent sur le fait que leurs comptages propres diffèrent des niveaux transmis par la collectivité départementale.  » Ils nous parlent de 20 000 véhicules dans le sens Est/Ouest. Nous en sommes très loin. »

La Virginie toujours désirée

Autre argument qu’ils continuent à défendre, la pertinence selon eux de l’ouverture du demi-échangeur de la Virginie, sur l’autoroute A64.  » D’autant que les camions continuent à emprunter le centre-ville, entre les Soarns et la place d’Armes, alors qu’un arrêté municipal leur interdit de le faire. Ils doivent logiquement passer par l’avenue du Pesqué et ensuite revenir place d’Armes.
Alors pourquoi ne les verbalise-t-on pas. Est-ce pour justifier la rocade ?  » s’est interrogé Jean-Paul Duchon.
Ce dernier estime d’ailleurs que ce dossier, ainsi que tous les autres en Béarn, type Pau-Oloron, pèseront dans le scrutin des prochaines régionales. En attendant la prochaine échéance est donc celle de l’enquête publique. Une procédure administrative obligatoire lors de laquelle les opposants ont bien l’intention de se faire entendre. « Nous ne baissons pas les bras. »

Un documentaire sur la rocade

Les trois associations ont par ailleurs validé hier leur ambition de réaliser un petit film documentaire sur le projet de rocade. Il s’agira d’une collecte de témoignages de riverains ou membres des associations concernées. Ce DVD pourra ensuite être intégré aux dossiers envoyés aux services de l’État ou visibles sur internet.  » Cela nous permettra de toucher plus de monde  »  explique-t-on au sein d’associations qui veulent mieux travailler leur communication.

18/10/2009 Posted by | Revue de presse | | Laisser un commentaire

Article paru dans le journal Sud-Ouest du 17 octobre 2009 Orthez

ROCADE. Malgré les travaux bien entamés, les associations anti-rocade continuent à résister

A la conquête du Net Aux Soarns, les travaux avancent

Claude Darrigrand, président de Lous dous Soarns, a souligné l'influence de l'A 65 sur le flux des camions venant de Dax. (ph. A.  C.)
Claude Darrigrand, président de Lous dous Soarns, a souligné l’influence de l’A 65 sur le flux des camions venant de Dax. (ph. A. C.)
«Source de bruit, de pollution, blessant la campagne et le cadre de vie des riverains par sa proximité… » Les arguments des militants anti-rocade ne manquent pas. Pour autant, ils n’ont pas été suffisants pour entamer l’avancée des tractopelles, aux Soarns (lire par ailleurs). « Le boulevard Suzan est tracé et empierré », grince Claude Darrigrand, président de Lous dous Soarns.

Alors les trois associations – Lous dous Soarns, Los de Pierrot et la Tranquillitat a nouste – qui mutualisent leurs forces et leurs arguments depuis décembre dernier veulent taper plus haut. Elles l’ont clairement affirmé lors d’une réunion tenue à l’école des Soarns, mercredi soir : « Nous avons envoyé un dossier au préfet, à la secrétaire d’État à l’écologie Chantal Jouannot et la semaine dernière à Jean-Louis Borloo, par le biais de Jean-Charles Mendiela », détaille Claude Darrigrand.

Comptages de véhicules

Les trois associations ont également jeté un oeil, à nouveau, sur les comptages des véhicules traversant Orthez. Le fameux flux est-ouest, drainant selon les associations « près de 20 000 véhicules » par jour, dont seulement « 1 300 camions » retient toute leur attention : « On ne fait pas une rocade pour 1 300 camions », poursuit Claude Darrigrand, qui reste persuadé, comme les autres membres des associations, que la solution pour désengorger le centre-ville orthézien reste la réouverture de l’échangeur de La Virginie.

Les trois associations ont également souligné l’influence que pourrait avoir la future A 65 sur le trafic de l’axe Dax-Orthez, notamment. « Le flux de camions ne va plus traverser Orthez, mais descendra jusqu’à Poey-de-Lescar pour rattraper l’autoroute », considère Claude Darrigrand. Autant d’arguments que les trois associations envisagent de diffuser sur Internet, via un documentaire rappelant « les tracés, les coûts, les nuisances » et agrémentés d’interviews de riverains concernés par la rocade.

« Il faut faire sortir la problématique du cercle restreint des associations. Internet permettra de toucher plus de personnes et d’amener des outils supplémentaires avant l’enquête publique, pour que les gens puissent se positionner. »

Le tronçon de rocade devant relier la zone des Soarns à la zone Louis progresse. Hier, Bernard Molères et Barthélémy Aguerre, représentant le président du Conseil général, étaient sur place en compagnie du PDG d’Intermarché Alain Suzan, pour réceptionner 700 mètres de voie, partant du nouveau rond-point construit à côté du Roady, jusqu’à Matachot. À présent, le Conseil général va se « focaliser sur la partie centrale », longue de 2,5 km, reliant le giratoire de Matachot à la zone Louis. Le projet commercial porté par Alain Suzan ne s’en porte que mieux : « Le Conseil général nous permet de lancer les marchés pour commercialiser la zone », indique-t-il. Les travaux de terrassement, de maçonnerie et de charpente devraient être livrés en avril 2010 « pour une ouverture au public en juin 2010 ».

Auteur : Aurélie champagne
a.champagne@sudouest.com

18/10/2009 Posted by | Revue de presse | | Laisser un commentaire